AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

L. Lullaby Walden
Lullaby ♦ un ange à la voix cristalline

♠ date d'inscription : 19/06/2010
♠ prénom / pseudo : Elodie / Shakespearette
♠ nombre de messages : 433
♠ copyright : Prom Queen
♠ picture of ... :
♠ âge : 2O ans


***
relations:
le meurtre & moi:

MessageSujet: Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby   Mer 30 Juin - 21:40


“ Qu'est-on sans la musique ? ”
♠ Lizéa & Lullaby ♠




“ Driiiiiiiiiiiiiing ” Cette brutale sonnerie déclencha comme à son habitude une certaine surprise et un certain stress dans le réveil de chacun des humains de cette Terre. Mais pour les internes du pensionnat de Chavagnes, cette sonnerie signifiait encore plus. Elle voulait annoncer que les élèves avaient réussi à survivre une nuit de plus sans être tués comme leurs camarades défunts. Les journées se faisaient difficiles dans cet établissement scolaire d'Irlande du Nord, mais les nuits étaient encore plus longues et plus étouffantes. Presque tous redoutaient d'être mort le lendemain sans avoir pu prévenir leurs parents ou leurs amis. Nombreux d'entre eux s'entassaient déjà chez les notaires pour écrire leur testament ... C'est sans dire qu'une certaine folie régnait à Chavagnes, même si rien ne le laisse vraiment paraître.

Mais Lullaby, elle, se réveilla au son d'une douce mélodie de piano qu'elle écoutait beaucoup, son morceau préféré. Elle sentit immédiatement la réalité lui tomber dessus, et contrairement aux autres, sa première pensée n'allait pas au fait qu'elle était en vie, mais plutôt à son envie de découvrir les réponses au mystère. Plus curieuse que jamais, son appartenance aux Libido Sciendi n'a rien d'un hasard. Dès son réveil, elle avait toujours l'habitude de se poser quelques minutes pour se remettre les découvertes de la veille dans la tête. Aujourd'hui, Lullaby s'était relevée sur son lit, dans une position assise avec le coussin placé derrière le dos, et elle avait ouvert le tiroir de sa table de chevet. Elle en sortit un dossier assez fin — trop fin pour elle — et l'ouvrit sur ses jambes pour regarder ses notes. Elle lit avec beaucoup de calme et quand elle eut fini, elle rangea ses documents et finit par s'étirer et bailler. Un dernier coup d'oeil au cadran de sa montre et elle était déjà levée, face à sa fenêtre. Elle ouvrit la fenêtre, rabattit les volets, ferma les rideaux et laissa l'air pénétré à l'intérieur, c'était une sensation qu'elle appréciait vraiment. Elle s'arrêta quelques instants regardant l'extérieur, la tête vide de pensée, mais pleine de souvenirs.


F L A S H B A C K
Brighton, February 14th 2008


Lullaby appuyait sur les petites touches de son téléphone et inscrivait dans des caractères assez gros “ Joyeux anniversaire Lukas ”. Elle envoya le SMS et en rédigea un nouveau “ Au fait, merci pour tout ... C'est une petite fille, Evalyn, 320 grammes, 51 centimètres. Née ce matin, jour de ton anniversaire =) à 6h29. Merci encore. A très bientôt ”

Lullaby venait d'accoucher de sa petite fille le matin même et en ce début de soirée elle se sentait fatiguée, mais elle s'était promis d'envoyer un petit message à Lukas qui avait tant fait pour elle. La fatigue la submergeait et quand elle eut envoyé le second message, elle s'effondra sur son lit. Elle tourna sa tête vers le petit berceau blanc, et souriait au petit être qui venait de naître et qui dormait à poings fermés. Elle ferma à son tour les yeux et s'endormit dans un profond sommeil. Ceci reste le plus lourd secret qu'elle garde pour elle.


F L A S H B A C K ♦ E N D
Chavagnes, July 1st 2010


Lullaby finit par émerger. Elle avait des larmes sur les joues et elle voulait tant revoir sa fille comme elle était. Aujourd'hui, la petite Evalyn devrait être âgée de deux ans déjà, et elle n'a pas eu la chance d'être avec la petite lors de son anniversaire. Elle souffrait vraiment de cette absence et elle ne la voyait qu'en photo. Elle regrettait tellement de ne pas l'avoir gardé. Cela lui faisait toujours mal quand elle y repensait. Du coup, pour oublier, elle se dirigea vers les douches de la chambre pour se laver. Elle fut soulagée en constatant que personne encore n'était réveillé et elle entra à l'intérieur. Sachant qu'elle ne devait pas s'attarder, elle entra dans la cabine, se lava assez vite avec un savon à l'odeur d'orchidée et un shampoing à l'amande douce. Elle se rinça avec énergie et finit par sortir de la douche, puis de la salle de bain après avoir ouvert la fenêtre.

De retour dans sa chambre, elle s'étonna que personne ne soit encore levée, mais en même temps, elle connaissait ses colocataires, trop feignantes pour travailler à cette heure-ci. Elle alla vers son armoire et l'ouvrit avec entrain. Elle savait déjà ce qu'elle allait porter, alors elle sortit l'ensemble et le déposa sur son lit. Elle attrapa ses sous-vêtements, enleva son peignoir et s'habilla. Une fois cela fait, elle s'arrêta devant son miroir et s'examina avec soin : un beau tee-shirt bleu avec deux boutons fermés et deux boutons ouverts en haut pour un décolleté géré, par dessus, une chemise à carreaux dans les tons noir/gris/blanc fermée par le bas pour laisser paraître le tee-shirt, et finalement un jean slim bleu/gris à la coupe serrée. Elle prit ensuite une paire d'escarpins de chez Louboutin, talons hauts, noires et semelles rouges. Elle était fière de sa tenue. Elle alla finir ses soins dans la salle de bain, séchage de cheveux, maquillage, choix de bijoux etc ... Et quand elle eut fini, il était tout juste neuf heures du matin. Elle attrapa son sac à main, un trieur ordonné et assez épais, et elle quitta la chambre.

Marchant tranquillement, elle finit par arriver devant la salle de détente. Elle se faisait un plaisir de venir ici à chaque fois. Elle était vide car presque tous les étudiants dormaient encore, mais Lullaby décida de l'emplir à sa façon. Elle posa son son sac au pied du piano à queue de la salle, s'assit sur le siège, le régla, posa son trieur sur le pupitre, les pieds sur les pédales, les mains sur les touches et se lança dans une suite de notes sublime et éternelle venant de l'écriture soignée de Debussy. Sereine et emportée dans la musique, elle en oublia tout ce qui l'entourait et n'aurait surtout pas entendu quelqu'un rentrer dans la salle ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

K. Lizéa Charleston
    LIZEA don't stop believing

♠ date d'inscription : 29/06/2010
♠ prénom / pseudo : Fantine (prénom), Bou (pseudo); fangtastic.taste (pseudo)
♠ nombre de messages : 72
♠ copyright : © uc
♠ picture of ... :
♠ âge : 20 ans


MessageSujet: Re: Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby   Dim 4 Juil - 10:29

(moi je ne sais pas faire de belles présentations comme toi xD)

Lizea ne se réveillait pas au son du doux chant d'un coq. Lizea ne se réveillait pas non plus grâce à un réveil qui faisait un boucan pas possible. Non. Lizea s'éveillait grâce au soleil qui n'était pas caché par les rideaux épais que ses congénères aimaient à fermer pour la nuit. La petite jeune femme se réveillait en pleine nuit, les rouvrais, et attendais patiemment le matin pour voir la grosse boule orange et lumineuse lui frapper de ses rayons dans les yeux. Si cela réveillait les autres, elle s'en fichait. Bien trop égocentrique pour se soucier de ce que pensaient les autres de sa technique, elle s'extirpait de sa couette avec l'agilité d'un chat et l'énergie d'un léopard. N'étant jamais fatiguée au réveil, cela lui permettait de faire quelques exercices pour garder un corps idéal, pendant que tous les autres se plaignaient et essayaient vainement de refermer les rideaux. Ce qu'ils ne savaient pas, c'était qu'il était dur de faire céder la belle brune, et qu'elle pouvait leur sortir n'importe quelle excuse qui pourrait se trouver être possible pour garder les rideaux sur les côtés. Elle avait été jusqu'à inventer une rideauphobie qui avait impressionné quelques élèves du pensionnat, mais qui s'avérait être totalement fausse, bien entendu. Et elle ne savait même pas si cela existait de toute façon.

Quelques abdos, exercices de jambes et autres, et, vêtue de sa nuisette, elle se dirigea vers ses placards pour choisir ses habits du jour. Un truc à savoir à propos de Lizea ? Elle sait s'habiller impeccablement. Sa famille étant assez aisée, elle avait tout l'argent nécessaire pour avoir des habits de marque, et c'était ce qu'elle revêtait chaque jour, au grand damne d'autres, qui auraient tué pour avoir ne serait-ce qu'une de ses jupes. Elle aimait provoquer la jalousie, étrangement, et l'envie. Finalement, la jeune fille s'assit en position du lotus et lut quelque peu, d'un ouvrage de philosophie qui trainait sur sa table de chevet. Elle ne comprenait pas tout évidemment, mais elle adorait tout de même étudier, même si elle n'étudiait pas officiellement cette matière. Non, son truc c'était la psychologie. Cela l'avait toujours passionnée, d'aussi longtemps qu'elle s'en souvenait, car elle voulait comprendre ce qu'il se passait dans les cerveaux des autres. Et oui, aussi obnubilée qu'elle était par son propre cervelet, elle voulait tout de même en savoir un peu plus sur celui de ceux autour d'elle. Surement pour un plaisir sadique. Et puis bien sûr, cette option musique qui était plus qu'une option à ses yeux, car elle songeait de plus en plus à faire carrière dans ce domaine là. On lui avait déjà dit que sa voix était exceptionnelle, mais personne ne le croyait.

D'un mouvement, la jeune femme se retrouva debout dans la chambre, et se mit à se diriger vers les douches. Elle haïssait cela, de se doucher dans la même pièce que d'autres personnes, même si ce n'était que dans des cabines séparées. Habituée à avoir la salle de bains pour elle seule, elle prenait un temps fou à se préparer. Entre les crèmes qu'elle appliquait sur sa peau pour qu'elle soit douce, ces millions d'après shampoing pour que ses cheveux soient soyeux et brillants, ou encore le maquillage qu'elle posait après pour que cela fasse beau, mais pas trop chargé, on ne s'y retrouvait plus. Elle avait deux trousses de toilettes grosses comme une valise, et emmenait tout cela avec elle en prenant garde que rien ne se fasse plus mouiller qu'il ne le faudrait. Il lui fallut un temps fou pour se laver le corps et le cheveux, et de se préparer en face des miroirs. Heureusement qu'à cette heure là, c'était plutôt vide, car elle aurait eu beaucoup de mal à arriver au résultat qu'elle avait maintenant. Et puis direction le dressing, où elle choisissait une jupe -elle ne portait pratiquement jamais de pantalons- et un haut ravissant, avec un petit chandail pour la touche chic. Des chaussures à talons vinrent parfaire son attirail, et maintenant, ses pas résonnaient dans les couloirs alors qu'elle se dirigeait avec beaucoup d'assurance vers la salle de détente, qui comprenait également un piano dont elle n'avait pas eu trop de mal à prendre le contrôle.

Mais alors qu'elle pénétrait dans la salle qui à cette heure là était déserte, une jolie mélodie arriva jusqu'à ses oreilles et il ne lui fallut pas plus d'une seconde pour deviner qui jouait. Elles se connaissaient tellement par coeur qu'elle reconnaissaient les signes distinctifs dans la manière de jouer au piano de chacune, et c'est lentement que Lizea s'approcha de Lullaby pour la surprendre. Cette fille, c'était le rayon de soleil de sa journée. Elle arrivait toujours à la faire sourire, tellement elle était mignonne. Pourtant, les deux jeunes filles avaient des caractères relativement différents. Peut-être qu'elles se complétaient, voilà tout. « Bouh ! » dit-elle, derrière sa meilleure amie. Une fois qu'elle fut avérée de sa présence, elle commença à parler un peu. « C'est assez glauque, une fille seule au matin jouant dans une salle vide .. Un bon début de film d'horreur, je te le dis ! » Elle rigola un peu et poussa Lullaby pour s'asseoir à côté d'elle sur le siège de piano, pour commencer un morceau à deux mains qu'elles connaissaient bien, puisqu'il était leur favori. Elle invita la jeune femme à la suivre, ce qu'elle fit rapidement. « Tu ne perds jamais la main ! »

Finalement, la jeune femme se releva et se mit à danser en cadence avec le morceau que Lullaby jouait. Elle avait pris des cours de danse également, qu'elle avait rapidement arrêté car le professeur lui était insupportable. C'était comme ça avec Lizea : tout ou rien, jamais de milieu. « A quoi penses-tu donc en cette ravissante matinée ? » fit-elle, en tournoyant toujours sur elle même en rythme avec les touches du piano. « Je sens que ça va être une bonne journée. Nous allons être chanceuses. Je te l'ai déjà dit, j'ai cet espèce de sixième sens, comme si j'étais un peu voyante. » Elle ne rigolait qu'à moitié lorsqu'elle disait ça car franchement, parfois elle le pensait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

L. Lullaby Walden
Lullaby ♦ un ange à la voix cristalline

♠ date d'inscription : 19/06/2010
♠ prénom / pseudo : Elodie / Shakespearette
♠ nombre de messages : 433
♠ copyright : Prom Queen
♠ picture of ... :
♠ âge : 2O ans


***
relations:
le meurtre & moi:

MessageSujet: Re: Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby   Lun 5 Juil - 13:21


“ Qu'est-on sans la musique ? ”
Lizéa & Lullaby




“ La musique est le langage des passions, mais toutes les passions ne gagnent pas à être mises en musique. ” Debussy est un grand compositeur du XIXème siècle. On le connait pour ces préludes particulièrement magnifiques et par sa volonté de rupture avec le classicisme. Il est en effet un véritable auteur contemporain. Il joue sur les nuances, les rythmes, les harmonies. Il cherche toujours à trouver un petit quelque chose qui fera de son œuvre quelque chose d'unique en son genre et inoubliable à l'oreille.

Lullaby avait toujours apprécié sa musique. Elle jouait beaucoup de morceaux provenant du classicisme et du romantisme, mais elle appréciait également le baroque et plus que tout, elle jouait du moderne et du contemporain. Elle trouvait que ces morceaux avaient un changé, une chose qui n'apparaissait pas dans les morceaux de l'ancien temps. La cause de ces changements était peut-être la modification des mentalités de chacun, surtout après les guerres mondiales il faut l'avouer. En ce moment Lullaby aimait beaucoup jouer des nocturnes et des préludes qu'elle chérissait beaucoup. Il lui arrivait même de pleurer à la fin du morceau, mais c'était l'émotion qui l'emportait dans des délires de ce genre. Elle s'était emballée dans une montée de notes quand quelqu'un derrière la surprit et la fit sursauter.

“ Bouh ”

Lullaby se retourna au quart de tour, le coeur battant à cent à l'heure, ne sachant plus comment réagir. Toutefois, quand elle vit le visage de Lizéa, sa meilleure amie, apparaître sous ses yeux, elle se surprit à rire de sa peur. C'était sûrement la baisse de l'adrénaline. Elle sourit à Lizéa quand cette dernière reprit.

“ C'est assez glauque, une fille seule au matin jouant dans une salle vide .. Un bon début de film d'horreur, je te le dis ! ”
“ C'est toi qui est glauque Lizéa ... Si tu m'avais pas fait peur pendant mes dernières mesures, on aurait tout de suite reconnu le splendissime Prélude de Debussy et on n'aurait pas imaginé un moment se trouver dans un château où les morts s'accumulent. ”

Oups, elle en avait dit un peu trop. Elle se tut et Lizéa semblait ne pas l'avoir entendu ... Ouf ! Elle poussa Lullaby au bord du siège et s'assit à ses côtés. Lullaby, encore quelque peu surprise, ne réagit pas et laissa sa meilleure amie faire ce qu'elle souhaitait. Elle posa ses mains sur le piano et commença à jouer des notes qui n'étaient pas inconnues à la belle Lully. Elle sourit à Lizéa qui avait beaucoup de fluidité et de reflex dans son jeu. Soudain, elle invita Lullaby à rejoindre la danse, et sans ronchonner, elle posa ses mains sur le piano et joua sa partie en passant gracieusement au dessus des mains de Lizéa quand il le fallait. Puis subitement, Lizéa se poussa à la fin du premier mouvement, et Lullaby enchaîna seule le second pendant que Lizéa se lançait dans une danse rocambolesque sur le devant du piano. Lullaby était concentrée sur son morceau qu'elle connaissait par cœur mais qu'elle n'avait pas pratiqué depuis un moment quand sa meilleure amie l'interpella sans cesser de danser.

“ A quoi penses-tu donc en cette ravissante matinée ? ( ... ) Je sens que ça va être une bonne journée. Nous allons être chanceuses. Je te l'ai déjà dit, j'ai cet espèce de sixième sens, comme si j'étais un peu voyante. ”

La bonne blague ! Lizéa avait toujours ce petit point d'humour que Lullaby appréciait. En continuant de jouer mais perdant un peu de sa raideur, Lullaby répondit à son amie sur un ton de moquerie.

“ Alors tout d'abord, je pense que tu devrais arrêter de me perturber si tu ne veux pas que je casse le seul piano que l'on a dans tout le pensionnat ! Ensuite, et bien je pense qu'il faudrait que j'aille continuer mon enquête, et finalement je pense étrangler ma meilleure amie qui danse comme une folle et que j'espère ne pas connaître ! ”

Lullaby rigola à ses remarques. Elle aimait beaucoup embêter sa meilleure amie, c'était une habitude pour elle et après tout Lizéa la cherchait souvent alors pourquoi pas lui répondre. Elle attendit une réaction assez rapide de Lizéa parce qu'elle avait ce caractère légèrement impulsif qu'elle avait du mal à contrôler et que Lullaby aimait chatouiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

K. Lizéa Charleston
    LIZEA don't stop believing

♠ date d'inscription : 29/06/2010
♠ prénom / pseudo : Fantine (prénom), Bou (pseudo); fangtastic.taste (pseudo)
♠ nombre de messages : 72
♠ copyright : © uc
♠ picture of ... :
♠ âge : 20 ans


MessageSujet: Re: Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby   Mar 6 Juil - 8:33

Il était vraiment idiot de se demander si Lizea aimait la musique. Elle ne faisait que ça ! Chanter, jouer du piano, écouter de beaux morceaux sur son baladeur .. Elle ne vivait pratiquement que pour les notes mélodieuses qui sonnaient à son oreille. Si on lui enlevait la musique, elle mourrait surement. Mais puisqu'une telle chose ne pouvait pas arriver, elle se délectait de ses moments où elle pouvait s'abandonner à l'écoute d'un bon concerto ou de morceaux de rock. Quant à ce qu'elle chantait, cela allait dans tout le répertoire possible. Bien sûr des chansons modernes, mais il lui arrivait de faire du chant lyrique, ou encore du jazz. Elle était très tolérante par rapport aux endroits d'où venaient son répertoire.

Écouter Lullaby jouer était aussi apaisant pour elle qu'une séance de yoga, mais aussi prenant que le meilleur film qu'elle ait vu. Était-ce parce qu'elles avaient un lien qui les unissait ou juste parce qu'elle jouait magnifiquement bien ? Surement les deux. Mais elle ne s'était pas empêchée de briser l'ambiance en faisant sursauter sa meilleure amie, et en s'imposant sur le piano à son tour. C'était que Lizea avait besoin d'être au centre de l'attention, et qu'elle avait peur quand quelqu'un pouvait prendre sa place. Même sa plus chère amie. Ce n'était absolument pas méchant, au contraire, juste quelque besoin vital qui avait prit place dans son esprit. Peut-être idiot, mais pas anodin. En tout cas, elle était ravie que Lullaby le prenne aussi bien et en rit, parce qu'elle avait eu l'air d'avoir vu un fantôme au premier abord.

“ C'est toi qui est glauque Lizéa ... Si tu m'avais pas fait peur pendant mes dernières mesures, on aurait tout de suite reconnu le splendissime Prélude de Debussy et on n'aurait pas imaginé un moment se trouver dans un château où les morts s'accumulent. ”

« Tu sais que j'adore t'embêter, c'est ma nature, je n'aurais pu te laisser finir ton morceau sans faire quelque chose pour t'interrompre. Et puis ça serait marrant, de voir des fantômes vraiment .. On se prévoit une séance de spiritisme un de ces quatre ? »


Lizea lui adressa un sourire malicieux. Oh oui, elle était tout à fait sérieuse lorsqu'elle disait ça, rien ne lui faisait froid aux yeux et elle voulait bien essayer cette chose que d'autres auraient trouvé effrayant. Elle ? Ce n'était qu'un jeu. Rien de très sérieux, comme d'habitude. Elle avait prit l'habitude de jouer avec les personnes et les objets autour d'elle, comme s'ils lui appartenaient tous. Lullaby avait reprit son morceau et la jeune fille ne pouvait s'empêcher de danser en rythme, comme une folle, et si quelqu'un avait eu un portable ou n'importe quoi pour la filmer, il aurait surement des milliers de vues sur Youtube. Mais ce n'était pas le cas, elles étaient seules, trop seules peut-être. Il n'y avait que la musique et leurs paroles pour combler le silence, et Lizea priait pour que cela ne s'arrête jamais. Elle se sentait bien, et elle ne doutait pas que sa meilleure amie aussi. C'était comme ça, elle ne savait pas pourquoi elle pensait cela.

“ Alors tout d'abord, je pense que tu devrais arrêter de me perturber si tu ne veux pas que je casse le seul piano que l'on a dans tout le pensionnat ! Ensuite, et bien je pense qu'il faudrait que j'aille continuer mon enquête, et finalement je pense étrangler ma meilleure amie qui danse comme une folle et que j'espère ne pas connaître ! ”


Un rire cristallin vint s'installer en plus dans la salle. Celui de Lizea, bien entendu. Elle adorait Lullaby pour ce qu'elle lui disait, l'empêchant un peu de tomber dans l'excentricité la plus complète. Sa meilleure amie était toujours là pour la remettre dans le droit chemin, lui dire d'arrêter ses folies et ses accès étranges, par exemple de se concentrer sur ses études, ce qui était assez bien, en fait. Elles se complétaient et ensemble, elles formaient un duo de choc.

« C'est vrai que ce serait regrettable, je ne sais pas comment je ferais sans t'entendre en jouer au moins une fois par jour. Tu sais que cela me met de bonne humeur ! »


Lizea mit de côté la fin des paroles de son amie pour un moment, puis reprit la parole.

« Il faut bien que je me lâche un peu, pour deux, tu sembles tellement crispée ! J'aimerais bien danser avec toi mais vois-tu, il n'y aurait plus de musique alors .. »


Elle continuait donc de se déhancher avec toute la grâce qu'elle possédait. Lizea était douée en danse, elle avait pris quelques cours mais avais vite arrêté, ne supportant pas l'autorité du professeur. Alors, elle était auto didacte.

« Et je suis sure, malgré ce que tu dis, que tu adooooores me connaître. Après tout, ce n'est pas donné à tout le monde, une Lizea parfaite et en état de marche ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

L. Lullaby Walden
Lullaby ♦ un ange à la voix cristalline

♠ date d'inscription : 19/06/2010
♠ prénom / pseudo : Elodie / Shakespearette
♠ nombre de messages : 433
♠ copyright : Prom Queen
♠ picture of ... :
♠ âge : 2O ans


***
relations:
le meurtre & moi:

MessageSujet: Re: Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby   Lun 12 Juil - 11:54


“ Qu'est-on sans la musique ? ”
Lizéa & Lullaby




“ La musique est une mathématique sonore, la mathématique une musique silencieuse. ” La musique, en générale, est une manière tellement simple de s'évader dans un autre monde, un monde que l'on crée par soi-même. Il y a une petite vraisemblance avec les livres, mais on peut tous s'imaginer une différence, surtout pour ceux qui n'aiment pas lire mais qui aime écouter de la musique et vice-versa. Dans tous les cas, la musique a sa rareté, elle existe depuis plus longtemps qu'on ne le croit. Il parait que les hommes préhistoriques chantonnaient déjà quand ils n'avaient rien à faire, mais cela n'a jamais été confirmé, donc, ne croyons jamais ce qui ne sort pas d'études scientifiques approfondies. Bref, revenons-en à la musique, elle apporte tant de choses à ceux qui en ont besoin, elle permet d'offrir à quelqu'un ses sentiments, elle permet de dire ce qu'on arrive peut-être pas à dire quand on parle, on cache tout derrière la musique, elle a une magie qui ne pourra jamais être enlevée, et cette magie, tout le monde y a accès, seulement si elle le souhaite.

Lullaby se lassait de reprendre les mêmes accords, les mêmes formules et cadences, mais elle continuait à caresser avec délicatesse les touches du piano pour qu'elles produisent un son. Lizéa était encore dans ses déhanchés et sa bonne humeur. A vrai dire Lizéa était toujours comme ça, depuis que Lullaby la connaissait, c'est-à-dire depuis toujours, elle a toujours vu sa meilleure amie comme un petit soleil qui illumine toutes ses journées. Quand elle est triste, Lullaby sait toujours qu'elle peut compter sur Lizéa pour lui redonner le sourire, et l'affaire marche dans les deux sens. Elles se complètent tellement bien, et n'ont jamais réussi à se disputer plus de deux heures sans revenir se parler, s'excuser et jouer ensemble. La musique les rassemble, mais tant d'autres choses aussi, leurs parents par exemple, leur joie, leurs fous-rires. Tout ça comptait beaucoup dans une amitié et si quelqu'un, ne serait-ce une personne, essayait de briser ce lien, il se pourrait que cela se retourne contre lui.

Lizéa était une grande humoriste mais en même temps elle avait beaucoup de sérieux dans ses actions et ses pensées. Elle aimait les choses qui sortaient du commun, elle expérimentait tout ce qu'elle trouvait de nouveau et entrainait toujours Lullaby dans tout ce bazar.

“ Tu sais que j'adore t'embêter, c'est ma nature, je n'aurais pu te laisser finir ton morceau sans faire quelque chose pour t'interrompre. Et puis ça serait marrant, de voir des fantômes vraiment .. On se prévoit une séance de spiritisme un de ces quatre ? ”
“ Si tu veux ! ”

Lizéa n'avait pas encore répondu à la petite blague de Lullaby, elle semblait surement bien pensive. Elle cherchait sans aucun doute quelque chose pour chatouiller à son tour le caractère impatient de Lullaby. Elles se connaissaient tellement bien qu'elles pourraient se faire des blagues ou bien des remarques toute la journée sans qu'elles n'aient une incidence sur leur amitié. Elles étaient comme ça, inséparable ... Finalement, Lizéa entreprit de répondre.

“ C'est vrai que ce serait regrettable, je ne sais pas comment je ferais sans t'entendre en jouer au moins une fois par jour. Tu sais que cela me met de bonne humeur ! ”

La mettre de bonne humeur ? C'était un euphémisme, elle était toujours de bonne humeur alors comment une personne comme Lullaby et un piano pourraient la rendre encore plus joyeuse. Si l'on calculait son taux de bonheur par journée il atteindrait sans aucun doute les 100%. Il arrive qu'il baisse, mais il ne dépasse jamais les 75% c'est sans dire qu'on ne peut pas la mettre de mauvaise humeur, même quand elle est en colère ou énervée, elle a toujours une petite touche d'humour pour apaiser ses pensées malsaines. Elle reprit sans attendre :

“ Il faut bien que je me lâche un peu, pour deux, tu sembles tellement crispée ! J'aimerais bien danser avec toi mais vois-tu, il n'y aurait plus de musique alors .. ”

Crispée ? Non pas du tout, Lullaby ne l'était plus, elle était plus détendue que jamais. Elle était sûre que si le soleil chauffait, elle aurait déjà fondu comme du chocolat. Elle ne répondit malgré tout pas à la remarque de son amie. Elle l'embêtait, c'était tout, mais elle avait comme l'habitude de mettre une petite blague à l'intérieur, bien qu'elles ne soient pas toujours drôles, elles font toujours rire Lullaby malgré elle. Elle étouffa un petit rire et attendit.

“ Et je suis sure, malgré ce que tu dis, que tu adooooores me connaître. Après tout, ce n'est pas donné à tout le monde, une Lizea parfaite et en état de marche ! ”

C'est à ce moment là que Lullaby éclata de rire. Après avoir repris son souffle, avoir arrêté de jouer, elle reprit son sérieux, posa ses mains sur ses genoux, pouffa doucement, regarda son amie et dit avec autant de malice que son amie.

“ C'est sûr ! J'aurais du mal à vivre sans toi, tu es tel un robot ménager ! On en a toujours besoin ! ”

Lullaby sourit, fit un petit clin d'œil malicieux à son amie qu'elle ne voulait pas vexer et se leva, refermant le piano pour ne pas l'emplir de poussière.

“ Tiens au fait, tu as regardé la composition que je t'avais passé ? ”

Lullaby se souvint subitement de cette composition qu'elle avait donné à Lizéa pour qu'elle la commente. C'était une pièce qui venait d'un ami très proche dont elle ne pouvait pas révéler le nom mais qu'elle aidait souvent. Elle faisait toujours passer les compositions de cette tierce personne pour les siennes pour que les critiques ne soient pas douloureuses directement pour lui, mais finalement, elles étaient douloureuses pour elle après parce que les gens étaient souvent dures avec elle.

“ D'ailleurs, hier j'ai fait quelque petite modification, si tu veux les voir ! ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qu'est-on sans la musique ? ♠ Lizéa & Lullaby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inadarkworld :: • PENSIONNAT DE CHAVAGNES • :: ♠ salle de détente-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit